L'art de l'accessoire

Si le nécessaire n'est pas accessoire, l'accessoire s'avère, lui, bien souvent nécessaire. Sans lui, la vie serait bien triste et plate.
Prenez les objets par exemple. Par leurs formes, leurs couleurs, leurs matières, ces objets vivent. Chacun d'eux est "chargé" d'une émotion, d'une personnalité propre. Et c'est en associant ces personnalités les unes aux autres que l'on se créé un univers bien à soi, une certaine qualité de vie.

Opinel & Laguiole
Régulièrement, nous ajouterons des idées et des conseils pour vous aider à découvrir le plaisir de parfaire votre "art de vivre".
Si vous avez des questions à nous poser, n'hésitez pas à contacter nos spécialistes.

 

Opinel et Laguiole, deux symboles tranchants de la tradition française !

L'Opinel

«De la fonction naît la forme». Cet axe de réflexion de tout bon designer se vérifie pour l'Opinel depuis près de 120 ans. En partant de la fonction, Joseph Opinel n'a pas pour autant négligé l'esthétique.

Résultat, en 1985, le célèbre "Victoria & Albert Museum" de Londres choisit de faire figurer en bonne place l'Opinel dans "the good design guide", le recueil des "100 plus beaux produits du monde". De plus, il est devenu un des symboles du "made in France", y compris aux USA et au Canada. Le véritable Opinel se distingue par le symbole "la main couronnée", estampé sur sa lame.

Plus qu'un couteau, l'Opinel est une tradition !

D'une apparente simplicité l'Opinel est pourtant le résultat d'une technique très élaborée :

Les lames de ce couteau sont fabriquées à partir d'aciers spéciaux à haute teneur en carbone. Ceux-ci procurent à la lame une excellente tenue du tranchant ainsi qu'une bonne résistance à l'usure et un affûtage facile. De plus, ces lames sont "inoxydables".

Les Opinel existent en 13 tailles, allant de 8 cm à 50 cm.

Conseils d'entretien :

Ne pas laisser votre Opinel en milieu humide et notamment en lave-vaisselle. La contre partie d'une coupe exceptionnelle, c'est le risque de rouille sur l'acier au carbone. Il est donc recommandé de bien essuyer la lame avec un chiffon gras après usage, de la graisser souvent tout comme l'articulation du couteau.

Le Laguiole

D'abord, la prononciation : dire "laïole" pour être au courant !

Au début du XIXème siècle, l’Aubrac, situé au centre de la France, dans l'Aveyron, est un vaste plateau habité par des familles de paysans. Les aînés partaient l’hiver travailler en Catalogne. Certains d’entre eux sont revenus au pays avec un couteau espagnol : la navaja. Le couteau Laguiole lui emprunte sa lame et son manche effilé.

Ce modèle vieux de bientôt 200 ans est très proche de la version commercialisée aujourd'hui.

Dans cette région très pratiquante, les bergers plantaient la lame de leur couteau dans le pain : la croix sur le manche servait alors "d’oratoire" pour la prière. Pour cette raison, cette décoration ne se retrouve que sur un seul côté du manche.

L'abeille gravée sur la lame est le symbole du couteau de Laguiole. La légende dit que Napoléon 1er a offert ce sceau à la ville de Laguiole en reconnaissance de la bravoure au combat des hommes de ce village.

Attention ! On ne lave pas un Laguiole, on l'essuie !

Evitez de mouiller le manche en corne, sinon il peut, la longue, se fendre.

Les manches en bois peuvent passer sous l’eau froide. Si le bois devient sec ou/et terni, passez avec un chiffon doux de l’huile minérale sur le manche pour donner "à manger" au bois et lui conférer une patine plus brillante.

Les manches en aluminium, inox et acrylique sont très résistants et supportent très bien l’eau. Ils sont donc recommandés pour les pêcheurs.

Dans tous les cas, il faut les essuyer après l’utilisation et graisser le mécanisme de temps en temps.

Le lave-vaisselle n’est pas conseillé pour les couteaux pliants.

 

L'art de la table L'art de l'accessoire L'art et la matière
L'art et l'entretien Les « comment » « SOS taches »