Nos
magasins

Nous vous invitons à une visite virtuelle du magasin Arthur Quentin.

Arthur Quentin et Bleu Nuit : plus qu'une histoire, c'est toute une aventure !

1975, l'année du grand saut…

Maryse Cantin quitte un emploi sûr au gouvernement et achète une petite maison rue St-Denis, située entre un oratoire et un cinéma porno. Et c'est en décembre, quelques jours avant Noël qu'Arthur Quentin voit le jour.

À ses débuts, le magasin proposait un mélange de brocante et d'articles neufs. Maryse prenait plaisir à fouiller les stocks désuets des importateurs pour dénicher des choses introuvables à Montréal, mais des choses qui avaient une personnalité certaine. Plusieurs de ces objets ont marqué les premières années d'Arthur Quentin : les bols à café, les lampes 1900, les abat-jour en verre, les rideaux de dentelle, etc. Autant de succès qui ont fait la notoriété d'Arthur Quentin. Au fil des années, les antiquités ont cédé la place aux importations.

1979, une étoile est née : Bleu Nuit…

Depuis quatre ans, la notoriété d'Arthur Quentin ne cesse de grandir et, de l'autre côté de la rue, presque en face, un snack-bar à l'ancienne fascine Maryse. Il n'en faut pas plus pour qu'elle se lance dans une nouvelle aventure : ouvrir une boutique de linge de maison. Tout semble hasardeux dans ce projet, sans parler de son obstination à vouloir revenir au coton, alors que les importateurs essayent fermement de l'en dissuader.

Maryse ne s'en cache pas : à ses débuts, son rêve n'a pas eu le succès escompté et, à voir tous les clients d'Arthur Quentin défiler devant la vitrine de Bleu Nuit sans que rien n'accroche leur regard, elle s'interroge. Elle s'interroge et s'obstine. Il lui aura fallu trois ans pour lancer Bleu Nuit.

1985, Arthur Quentin entre en cuisine…

La maison voisine d'Arthur Quentin est à vendre ? Une aubaine pour Maryse qui rêve d'ouvrir un magasin spécialisé dans les objets de cuisine. Quand on voit, aujourd'hui, l'engouement pour la "bouffe" au Québec, c'était prémonitoire ! Le premier Noël est catastrophique, le succès n'est pas au rendez-vous. Maryse s'obstine et imagine faire percer le mur mitoyen entre les deux magasins. Le succès est immédiat. La table d'un côté, la cuisine de l'autre, un concept était né.

1986, d'un atelier de réparation à « L'ATELIER »

D'abord atelier de restauration pour les meubles anciens et l'électrification des lampes européennes, le local de la rue St-André devient, pour Maryse, le bon moyen d'écouler les invendus de Bleu Nuit. Le linge de maison, à cause des différentes tailles de lit et d'oreillers dans chaque modèle laisse, en effet, beaucoup d'invendus.

Toujours à la recherche de trouvailles, l'équipe de Maryse recherche, chez des fabricants, des fins de séries de tous ordre, avec toujours une personnalité propre.

Voilà comment des draps, des serviettes et des housses de couettes côtoient, à l'Atelier, des assiettes, des théières et des pots à fleurs, à des prix "solderie".

1988, la mode, de l'accessoire à l'essentiel…

A côté d'Arthur Quentin, la troisième maison est à vendre. Monopoly oblige, Maryse l'achète pour développer quelque chose de différent ; autour de la mode, mais une mode intemporelle et hors saison. Ce concept a peut-être un peu perturbé la clientèle mais il propose des choses tellement jolies ! Cela a permis à Maryse de préciser le concept de chaque magasin : La table, la cuisine et les accessoires.

2013, naissance Quentin Nuit…

Optant pour le choix stratégique de se recentrer sur son activité première, Maryse Cantin décide de fermer Bleu Nuit et de transférer les fins de séries à l'Atelier. Mais devant la demande de beau linge de maison, elle va consacrer une partie de ses magasins à cette activité. Ce sera Quentin Nuit.

2015, l'Atelier ferme ses portes…

Toujours dans la stratégie de se recentrer sur son activité première, Maryse Cantin décide de fermer l'Atelier, devenu, pour certains, plus qu'un simple magasin, un lieu de rencontres. L'Atelier avait, en effet, sa propre ambiance, sa propre magie, reposant sur les personnes qui y travaillaient avec tant de générosité et de plaisir.

Arthur Quentin, ce sont trois magasins en un :

Au fil des années, Maryse Cantin a réussi à faire d'Arthur Quentin une véritable griffe, signe incontestable d'harmonie et de bon goût… Mais ces univers de rêve n'auraient pas perdurés autant s'ils n'étaient sous-tendus par une rigueur commerciale forte. Arthur Quentin éclaire en effet la rue Saint-Denis depuis bientôt 40 ans. Cette rigueur est, avant tout, basée sur le soin apporté à la sélection des produits, à l'accueil et au service à la clientèle, c'est à dire à votre service !

Aujourd'hui, Arthur Quentin, est devenu la référence à Montréal, un modèle de bon goût pour réaliser vos rêves ou pour les offrir.
Arthur Quentin